09 Mar 2019

In Flames : I, The Mask (2019)

Album : I The Mask

Style musical : Thrash Core

Compagnie : Nuclear Blast

NOTE : 8.5/10

L’un des albums les plus attendus en ce début d’année est bien sûr le tout dernier de In Flames, qui est sorti le 1er mars dernier. Trois ans après Battles, paru en 2016, le groupe suédois présente son treizième album studio : I The Mask.

 

 Si plusieurs anciens fans de In Flames reprochent au groupe d’avoir allégé son style dans les derniers albums, certains d’entre eux apprécieront certainement la variante musicale proposée dans le plus récent opus. L’album débute avec Voices, qui est un très bon choix d’introduction, avec son rythme rapide et accrocheur. Parmi les pièces les plus intéressantes de I, The Mask, il y a le morceau éponyme de l’album, qui, malgré quelques notes plus adoucies, conserve son intensité, tout comme I Am Above et Burn, qui sont des titres puissants et brutaux, ce qui va plaire au public de longue date.

Toutefois, une bonne partie de l’album semble s’éloigner davantage de ce style agressif, particulièrement dans les titres (This Is Our) House et We Will Remember et autres, qui penchent surtout vers le métal alternatif plutôt que vers le death mélodique, qui qualifiait bien In Flames auparavant. Beaucoup de fans sont d’ailleurs partagés dans l’appréciation de ces morceaux, car le groupe s’écarte de plus en plus de ce qui l’a rendu populaire dans les années 1990.

Pour le public aimant l’intégration d’éléments plus mélodiques chez In Flames, Deep Inside se trouve être la pièce parfaite pour savourer les explorations musicales du groupe. Avec son air envoûtant, inspiré des mélodies orientales, elle apporte un côté plus sensuel et exotique à l’album, ce qui en fait un morceau très intéressant à découvrir.

Call My Nameet Follow Me ont, de leur côté, un quelque chose de plus sentimental, plus émotionnel. La présence plus prononcée de la voix claire donne un peu de calme à l’album et le rythme de ces titres vient chercher l’auditeur et lui apporte un moment d’intensité différente que dans le reste de l’opus.

Dans son ensemble, I, The Mask, propose une nuance très douce et subtile entre les styles de voix (growl, scream et voix claire), réalisés par le chanteur Anders Fridén. Ce dernier prouve, en faisant cela, ses capacités et son talent à mêler les sonorités pour offrir un produit aussi méthodique et inspirant.

Les riffs de guitare, quant à eux, se marient à la perfection et accompagnent le public tout au long de l’album. Il faut souligner ce travail exceptionnel de la part des guitaristes Björn Gelotte et Niclas Engelin, qui ont su harmoniser leurs sonorités ensemble, pour créer un rendu rythmique et intense, utilisant des techniques complexes et simples à la fois.

Il faut noter l’absence du bassiste Peter Iwers sur cet album, qui a quitté In Flames après la tournée de Battles. Il a été remplacé par le bassiste Bryce Paul Newman pour I, The Mask. De plus, Tanner Wayne est désormais le batteur officiel du groupe, en remplacement de Joe Rickard, qui a quitté le groupe en 2016 pour se joindre aux rockeurs américains RED.

Contrairement à beaucoup d’autres artistes du death métal mélodique, In Flames a choisi de ne pas inclure d’artifices à l’aide de claviers ou autres techniques, ce qui semble être très apprécié. Le groupe propose certainement un contenu plus mélodique, mais ce dernier opus permettra aux fans d’apprécier de façon plus globale l’évolution vécue par les musiciens au cours des années. In Flames offre une intéressante variante entre les styles, ce qui saura convenir à un plus grand public.

Concernant le choix du titre de l’album, Anders Fridén a précisé, en entrevue à MusikUniverse, que I, The Mask s’inspire des contextes variés de la vie pousse les gens à mettre un masque devant son prochain. « Cette idée sert de base, mais il y a bien plus que juste ça. C’est plus profond. Pour moi, écrire des paroles, c’est un peu comme une thérapie. C’est ma façon de représenter le masque que je porte. J’espère que d’autres personnes pourront s’identifier aux paroles en les interprétant à leur façon. »

Bref, beaucoup de changement pour In Flames, qui semble avoir trouvé une voie qui lui convient bien, une solidité qui se sent bien à travers ce treizième album. Le groupe a réussi à créer cette combinaison qui balance parfaitement les styles d’avant et d’aujourd’hui. À l’écoute de I, The Mask, chacun trouvera chaussure à son pied!

Au début de la semaine, In Flames assurait la première partie de Within Temptation à l'Olympia de Montréal. Pour lire la critique du spectacle, rendez-vous : http://musikuniverse.mu/spectacles/item/11129-in-flames-et-within-temptation-compte-rendu-et-photos-du-spectacle-a-montreal-2019

Ce jeudi, Nuclear Blast publiait sur sa chaîne YouTube le quatrième aperçu du « Making Of » de I, The Mask.

 

Lu 1377 fois Dernière modification le samedi, 09 mars 2019 14:18
Évaluer cet élément
(1 Vote)